La terre brûle mes mains
Lent et douleureux refrain
Devant l’exigence de ce champ
Je lève les yeux au levant
La lumière envahit mon coeur
Elle emporte ma douleur
Comme un vol d’oiseaux

Je regard l’épi plier sous le fruit mûr
Et j’entends un doux murmure
Mon âme quel merveilleux sentiment
Heureux je marche en avant
Léger je cours maintenant
Je sais que je recommencerai
C’est si bon l’odeur du blé

___________________
Gilbert Pauli

close

Inscrivez-vous pour recevoir chaque les informations.

Nous ne spammons pas !