Nôtre gamin

Nôtre gamin

Galopin
Yeux malins
Sourire en coin
Tu me nargues
Tu joues avec tes escarpins
Gamin

Habiles sont tes mains
Tour de magicien
C’est toi qui tiens
Je perds pour rien
Mais reste
Gamin

Tu pars
Tu reviens
Je n’en sais rien
Je t’appelle tu ris
Tu m’énerves
Gamin

Mais tu as besoin
De ses câlins
Sur son sein j eme souviens
Quel beau dessin
Reste nôtre
Gamin

__________________
Gilbert Pauli

Espoir

De croire sans voir
De mettre un sourire dans tes yeux
En déchirant le noir
Pour se retrouver nous deux

De saisir la chance
D’éloigner la souffrance
En allumant la lampe
De notre confiance

De quitter ces leurres
Sans avoir peur
De laisser notre amour
Communiquer pour toujours

__________________
Gilbert Pauli

Message

Si je décrochais la lune pour toi
Je te regarderais dormir en souriant
Je ramasserais ton mouchoir de soie
J’irais chercher des fleurs aux champs

Je me coucherais en même tempps que toi
Pour que tu n’aies pas froid

Dans tes jours gris je mettrais du bleu
En étant tout simplement heureux
J’inventerais des moments de joie
Te prouvant que je ne suis qu’a toi

_________________
Gilbert Pauli

Clin d’oeil

Jupette de satin
En cadence
Sur tes hanches
Transparente romance
Caressant ta peau

Vent fripon
Tu es mon complice
Je te paierai en écus
Si je ne suis pas déçu

Fais danser
Ce contillon
En harmonieux tourbillon
Que mes yeux se gargarisent
De ce délicieux pavillon

___________________
Gilbert Pauli

Clown

Clown

 

Claquements de mains
Jets de lumière
Autour de moi
La piste étoilée

En habit de couleurs
Pour un instant
Je suis le créateur
D’un monde rieur

De cabrioles en tours de magie
Voyage en romances
J’entend de tous côtés
Les voix de l’innocence

Avant de me retirer
Sur la pointe des pieds
Derrière le rideau
Je revois les visages illuminés

____________________
Gilbert Pauli

Le joueur de flûte

Je passais par là
Poussé par un vent léger
Pas après pas devant moi
Des notes de musique venaient à ma rencontre
Lancées par enchantement
Un peu comme les étoiles d’un feu d’artifice au firmament

Et je t’aperçu
Gamin de nulle part
Appucé contre le mur
La tête légèrement penchée sur ta flûte argentée
Tes doigts légers et tes cheveux bouclés
Contrastaient avec tes habits couleur de banlieue abandonnée

Mais ce qui m’arrêta
Fut la douceur de ta musique
Paisible message de ton coeur
La joie se lisait dans tes yeux
A chaque passant qui avant de repartir
Derrière un sourrire complice
Discrètement laissait tomber une pièce
Dans la petite boît rouillée

___________________
Gilbert Pauli