Les Drapeaux de la Paix.

Humaniste convaincu, Gilbert Pauli est un « révolutionnaire orange » à la manière de ces pays de l’ex Union Soviétique. C’est une couleur qu’il affectionne depuis bien avant ces événements. Une révolution pacifique donc mais dont la détermination et la ténacité peuvent faire métaphoriquement tomber des murs. Sur les murs de la galerie, les oeuvres abstraites, presque monochromes, dont la profondeur invitent à la méditation, hissent les couleurs de la joie et de la tolérance. Grandes toiles et petites oeuvres intimes se côtoient dans un ordre bien précis qui reproduit le cheminement spirituel de leur auteur et expriment son message au-delà de tout contexte religieux, ethnique ou culturel.